Fable : La statue de neige

Titre : La statue de neige

Poète : Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)

Recueil : Fables, Livre III (1812).

Fable XIII, Livre III.


L'autre hiver, des badauds attroupés dans ma rue
S'extasiaient devant une statue :
C'était la reine de Paphos,
Chef-d'œuvre qu'un artiste échappé du collège
Avait tiré... — D'un marbre de Paros ?
Non, lecteur ; mais d'un tas de neige.
Le ciseau de Chaudet n'aurait pas excité
Plus d'admiration dans la foule ébahie.
« — Voilà ce qui s'appelle une œuvre de génie,
« Un morceau vraiment fait pour la postérité !
« Que cette tête est noble et belle !
« Disaient, en soufflant dans leurs doigts,
« Trois amateurs transis ; l'antiquité, je crois,
« N'a rien à mettre en parallèle.
« — Rien ! dit un antiquaire indigné du propos ;
« Rien ! puis-je entendre un tel blasphème ?
« Rien ! ne craignez-vous point de passer pour des sots ?
« — Des sots ! nous, monsieur ? Sot vous-même,
Si vous n'admirez pas ces formes, ces contours,
« Cette pose à la fois sublime et naturelle,
« Ce sourire où l'on voit se jouer les Amours :
« Non, la Vénus de Praxitèle
« N'est qu'un bloc en comparaison.
« — Qu'un bloc ! » dit l'érudit étouffant de colère,
Comme s'il n'avait pas raison,
« J'espère aux ignorants démontrer le contraire ;
« Je ne veux rien qu'un mois. » Et s'échappant soudain,
Il grimpe à son taudis, s'enferme, prend la plume,
Compulse maint et maint volume,
Cite maint Grec et maint Romain ;
Se fatigue la tête, et plus encor la main.
Que d'encre prodiguée, et que d'encre perdue !
Non qu'au jour dit l'erreur n'eût été confondue,
Et le goût rétabli dans son honneur vengé ;
Mais, tandis qu'il grimpait, le temps avait changé,
Et la Vénus était fondue.

Antoine-Vincent Arnault.