Fable : Le renard, le singe et les animaux

Titre : Le renard, le singe et les animaux

Poète : Jean de La Fontaine (1621-1695)

Recueil : Les fables du livre VI (1678).

Les Animaux, au décès d'un Lion,
En son vivant Prince de la contrée,
Pour faire un Roi s'assemblèrent, dit-on.
De son étui la couronne est tirée.
Dans une chartre un Dragon la gardait.
Il se trouva que sur tous essayée,
À pas un d'eux elle ne convenait.
Plusieurs avaient la tête trop menue,
Aucuns trop grosse, aucuns même cornue.
Le Singe aussi fit l'épreuve en riant,
Et par plaisir la Tiare essayant,
Il fit autour force grimaceries,
Tours de souplesse, et mille singeries :
Passa dedans ainsi qu'en un cerceau.
Aux Animaux cela sembla si beau,
Qu'il fut élu : chacun lui fit hommage.
Le Renard seul regretta son suffrage ;
Sans toutefois montrer son sentiment.
Quand il eut fait son petit compliment :
Il dit au Roi : Je sais, Sire, une cache ;
Et ne crois pas qu'autre que moi la sache.
Or tout trésor par droit de Royauté
Appartient, Sire, à votre Majesté.
Le nouveau Roi bâille après la Finance,
Lui-même y court pour n'être pas trompé.
C'était un piège : il y fut attrapé.
Le Renard dit, au nom de l'assistance :
Prétendrais-tu nous gouverner encor ;
Ne sachant pas te conduire toi-même ?
Il fut démis : et l'on tomba d'accord
Qu'à peu de gens convient le Diadème.

Jean de La Fontaine.

Titre : Le renard, le singe et les animaux

Poète : Jean de La Fontaine (1621-1695)

Recueil : Les fables du livre VI (1678).

Le Mulet d'un prélat se piquait de noblesse,
Et ne parlait incessamment
Que de sa mère la Jument,
Dont il contait mainte prouesse.
Elle avait fait ceci, puis avait été là.
Son fils prétendait pour cela
Qu'on le dût mettre dans l'Histoire.
Il eût cru s'abaisser servant un médecin.
Étant devenu vieux, on le mit au moulin ;
Son père l'Âne alors lui revint en mémoire.
Quand le malheur ne serait bon
Qu'à mettre un sot à la raison,
Toujours serait-ce à juste cause
Qu'on le dit bon à quelque chose.

Jean de La Fontaine.