Poésie : Croissez et multipliez

Titre : Croissez et multipliez

Poète : Maurice Rollinat (1846-1903)

Recueil : Paysages et paysans (1899).

Ne sortant pas de faire jeûne,
Une fois, le père Lucas,
Sincère, et du fond de son âme,
Disait à ses quatre grands gars,
Tous, de l'aîné jusqu'au plus jeune,
Bien en âge de prendre femme :

« Mes enfants, faut peupler d'son espèc' ! Ya pas d'trêve !
Faut q'tout c'qui vit engendre ! et qu'toujours s'accroissant,
Les êtr' les uns aux autr', sans fin, se r'pass' leur sang,
Tel' qu'aux racin' des arb' la terr' coule sa sève.

Tout' femelle est un champ où l'bon mâle i' doit s'mer
La grain' d'humanité qu'est dans l'grenier d'son être :
B'sogn' douce et ben commod' ! Puisqu' y a besoin q'd'aimer,
Et q'sans plaisi' pour l'homm', l'enfant pourrait pas naître.

Dans c'champ-là qu'est l'plus nobl' faut fair' de beaux sillons,
Q'l'homme y mèn' la charrue au c'mand'ment d'la nature,
Avec la bell' chaleur du sang pour aiguillon
D'l'amour qui doit tout l'temps penser à sa culture !

Dans ceux chos'là, faut pas, trop à sa fantaisie,
Écouter les conseils du vice et d'la boisson.
En s'mant, i' faut toujours songer à la moisson,
Féconder sérieusement l'épous' qu'on a choisie.

Faut êt' chaud, mais d'instinct réglé comm' ceux bêt' fauves ;
D'êt' trop paillard ou d'l'êt pas assez... C'est un tort !
Dit' vous ben qu'vous êt' vu, quand l'amour joint les corps,
Par le grand oeil d'en haut dont pas un homm' se sauve.

Dieu merci ! vous n'êt' pas des poussifs à teint pâle,
Vous avez bonn' poitrine et fort tempérament,
Vous d'vez donc tous les quat' faire offic' de bons mâles,
Accomplir sans tricher vot' destin d'engross'ment.

Mangez fort ! et fait'-vous du sang, des muscl', des os !
Buvez ! mais sans jamais perd' la raison d'un' ligne ;
Pas trop d'pein' ! Ceux qui s'us' au travail sont des sots.
Réglez la sueur du corps ainsi q'le jus d'la vigne !

Comm' faut q'la femm' soit pure avec des yeux ardents,
Q'fièr' dans les bras d'l'époux qui n'cherch' qu'à la rend' mère
Ell' yoffr' l'instant d'bonheur qui fait claquer ses dents
Pour que leur vie ensemb' ne soit jamais amère.

Voyez-vous ? l'trôn' d'un' femme ? C'est l'lit d'son cher époux.
C'est là q'jeune ell' pratiq' l'amour sans badinage,
Et q'vieille ell' prend, des fois, encore un r'pos ben doux
Au long d'son vieux, après les soucis du ménage.

Là-d'sus buvons un coup ! dans ceux chos' de l'amour
J'vous souhait' de pas vous j'ter comme un goret qui s'vautre,
Et que, pour chacun d'vous, l'plus cher désir toujours :
Ça soit d'faire des enfants qui puiss' en faire d'autres ! »

Maurice Rollinat.