Poésie : Domestique de peintre

Titre : Domestique de peintre

Poète : Maurice Rollinat (1846-1903)

Recueil : Paysages et paysans (1899).

« Ah ! monsieur ! mon métier d'domestique a changé,
Me dit le grand Charly, son béret sur l'oreille :
En yentrant, j'croyais pas trouver un' plac' pareille,
Et j'n'ai jamais encor si bien bu, ni mangé.

Mon maîtr' ? C'est un homm' simpl' qui rest' dans sa nature,
Sans s'occuper d'la mode et du mond' d'aujourd'hui,
Laissant pousser bien longs ses ch'veux d'un noir qui r'luit,
Tout comm' ces comédiens qui pass' dans des voitures.

I' m'en paye à gogo des goutt' et du tabac !
I' m'donn' des vieux habits et des neufs, sans q'j'y d'mande,
Et doux, l'air comm' gêné tout' les fois qui m'commande,
I' s'inquièt' de ma bourse et de mon estomac.

Sûr ! que j'ai jamais vu son pareil ! l'diabl' me torde !
J'veux balayer sa chambre et ranger dans les coins ?
Alors, i' s'fâch' tout roug', disant : « Q'ya pas besoin,
Q'son œil, au r'bours des autr', voit mieux clair dans l'désordre. »

Avec ça, s'rappelant tout c'qu'on y dit ou c'qu'i' voit,
Sans jamais les écrir' gardant mémoir' des notes,
Dans sa têt' qui, des fois, semble un' têt' de linotte,
Ayant réponse à tout, sachant l'car et l'pourquoi.

Yen a qui lis' un livre, à lui yen faut des masses !
Sous l'pioch'ment agacé d'son pouc' qu'i' mouill' souvent
Les tournements des pag' ça fil' comme le vent !
Puis, soudain'ment, i' sort comm' s'i' manquait d'espace.

Ah l'drôl' de maîtr' que j'ai ! tout c'qu'est à lui c'est vôtre.
Un homm' q'est franc comm' l'or et bon comme du pain !
Des fois, i' caus' tout seul quand i' marche ou qu'i' peint ;
Il est dans un endroit ? qu'i' veut êtr' dans un autre !

Je l'sais ben moi qui l'suis dans ses cours' endiablées,
I' n'voyag' que pour voir des couleurs. En errant,
I' braq' ses p'tits yeux noirs q'avont l'regard si grand
Sur chaq' roche ou taillis des côt's et des vallées.

Des fonds et des lointains, des plain's et des nuages,
Il emport' la peintur' qu'i' soutire au galop,
Tout l'jour, i' pomp' la nuanc' de la verdure et d'l'eau,
Et, la nuit, cherche encor dans l'brun des paysages.

Ça l'prend tout feu tout flamme en fac' de son ch'valet ;
Puis, l'pinceau dans la main, v'là q'sa grand' chaleur gèle !
Il est si vite en bas qu'il est en haut d'l'échelle...
En tout'chose on dirait qu'i' n'sait pas c'qui lui plaît.

I' cause, i' chante, i' rit, en train d'boire et d'manger ?
V'là qu'i' songe ! — On s'équipe ? on arriv' pour pêcher ?
I' veut peindr' ! vers ses toil' en tout' hâte i' m'dépêche ! —
Quand j'y port' son fourbi pour travailler ? On pêche !

Sauriez-vous m'dir' c'que c'est que c' t'homm' q'est gai, q'est triste,
Qui girouett' jamais l'mêm' et pass' du chaud au froid ? »
— Et je lui répondis, parlant un peu pour moi :
« Ton maître, ce qu'il est, parbleu ! C'est un artiste !

Me comprends-tu ? — Ma foi ! monsieur, ya pas d'excès.
Artist' ? dam' ! moi, c'mot-là j'en connais pas l'mystère !
— Comment te dire alors ? Eh bien ! ton maître, c'est :
Un fou que sa raison tourmente sur la terre. »

Maurice Rollinat.