Poésie : Or, malgré ta cruauté

Titre : Or, malgré ta cruauté

Poète : Paul Verlaine (1844-1896)

Recueil : Chansons pour elle (1891).

Or, malgré ta cruauté
Affectée, et l'air très faux
De sale méchanceté
Dont, bête, tu te prévaux

J'aime ta lasciveté !

Et quoiqu'en dépit de tout
Le trop factice dégoût
Que me dicte ton souris
Qui m'est, à mes dams et coût,

Rouge aux crocs blancs de souris ! —

Je t'aime comme l'on croit,
Et mon désir fou qui croît,
Tel un champignon des prés,
S'érige ainsi que le Doigt

D'un Terme là tout exprès.

Donc, malgré ma cruauté
Affectée, et l'air très faux
De pire méchanceté,
Dont, bête, je me prévaux.

Aime ma simplicité.

Paul Verlaine.